Tarek :: Site officiel | L’avenir de la BD est au bout de nos crayons.

TarekNotre auteur et ami Tarek a choisi de s’exprimer sur la grave crise qui secoue le milieu de la bande dessinée en rédigeant une lettre ouverte sur son site. Nous vous invitons à le lire  :

En 2012, j’avais écrit un court article sur Médiapart à propos de notre métier qui me semblait de plus en plus menacé par les dérives de la financiarisation de la culture et les pratiques prédatrices du capitalisme le plus sauvage et le plus opposé à la création… Je pensais également que nous étions en train de changer de paradigme sociétal et que la crise n’était qu’une conséquence de ce terrible bouleversement et non une cause. J’en suis encore plus convaincu aujourd’hui !

Cet article, somme toute anodin, avait suscité un débat virulent sur actuaBD juste après sa publication par son rédacteur en chef qui avait qualifié mes propos posés et réfléchis de « vocifération » : mépris de certains éditeurs « masqués » qui répondaient en donnant des arguments fallacieux, de certains pseudo-journalistes qui, s’étant auto-érigés spécialistes du 9e art parce qu’il n’y a aucun média professionnel dans notre domaine, expliquaient que ce que nous étions en train de vivre n’était pas la réalité de tous les auteurs… Bref, de nombreuses critiques assez farfelues MAIS je dois avouer que j’ai surtout reçu une avalanche de témoignages par mail de la part de nombreux collègues jeunes et moins jeunes tout comme des libraires et des agences d’illustrateurs qui confirmaient mes craintes.

Tout cela pour dire que ce constat amer que je faisais à l’époque n’a fait que se vérifier ces derniers mois, puisque des collègues (Bonnifay, Maïorana et d’autres moins connus qui ont jeté l’éponge dans l’indifférence la plus totale) annoncent mettre un terme à leur carrière ou encore publient des lettres ouvertes enflammées, comme celle d’Eric Wantiez ou d’Olivier Peru. La réforme que le RAAP souhaite nous imposer d’une manière autoritaire n’a fait que créer un électrochoc dans notre profession et l’immense majorité des auteurs s’est enfin unie pour dire NON. En deux ans, la TVA des auteurs est passée à 10% (celle des éditeurs est restée à 5,5%), les taxes indirectes et la baisse du pouvoir d’achat dans notre pays se sont accrues alors que les revenus des auteurs n’ont pas évolué depuis vingt ans. Les aides publiques, les bourses et les subventions supprimées dans le secteur du livre ont fragilisé toutes les personnes qui font réellement vivre le livre dans sa diversité : les bibliothèques, les auteurs, les petits salons, les ateliers de lecture, etc… Tout cela pour rembourser une dette que nous devrions rediscuter tant elle est devenue ubuesque ! (…)

La suite de l’article de Tarek : L’avenir de la BD est au bout de nos crayons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s