Archives pour la catégorie Politique

Les aides aux créateurs en cette période de confinement

Tartamudo

En cette période de lutte contre le Covid-19, nombreux sont les auteurs et artistes touchés de plein fouet et ne pouvant plus vivre de leur activité. Si c’est votre cas ou si vous connaissez des proches étant dans cette situation, nous vous conseillons de lire cet article.

Le fonds de solidarité du gouvernement et des Régions

Pour commencer, un fonds de solidarité doté de un milliard d’euros est mis en place pour pouvoir verser une aide aux plus petites entreprises, micro-entrepreneurs, indépendants et professions libérales. C’est ainsi qu’ils pourront toucher jusqu’à 1 500 € pour le mois d’avril. Pour toutes les informations et demandes particulières, rendez-vous sur le site de la Fédération Auto Entrepreneur. Les artistes-auteurs sont notamment concernés, pour consulter la foire aux questions du gouvernement, rendez-vous ici.

Le fonds d’urgence du CNAP

Un fond d’urgence de 500 000 € alloué par le Centre National des Arts Plastiques aux artistes-auteurs, commissaires, critiques et théoriciens d’art va permettre de compenser les pertes de rémunération subies liées à la crise. Les modalités et critères pour savoir si vous êtes éligibles à ce fond seront en ligne sur leur site très rapidement.

Secours exceptionnelle par le CNAP

Toujours par le même organisme, celui-ci propose une aide ponctuelle aux artistes, ayant des difficultés financières ou/et sociales ne leurs permettant pas d’exercer leur activité. L’aide peut s’élever jusqu’à 2 500 €. L’artiste-auteur doit, entre autres, être inscrit à la sécurité sociale dédiée. Attention, le dépôt des demandes se fait jusqu’au 24 avril et la prochaine commission se tiendra le 11 juin.
Les disciplines concernées par cette aide sont entre autres : peinture, création sonore, dessin, vidéo, nouveaux médias, photographie et bien d’autres.
Toutes les infos, sur leur site.

Aide exceptionnelle aux éditeurs indépendants

Les éditeurs indépendants dans le milieu de l’art souffrent tout autant que les artistes plasticiens. Cette aide économique s’adresse aux éditeurs et le montant accordé peut varier entre 3 000 et 10 000 €. Pour plus d’informations, il faut se tourner vers le Centre National du Livre. De plus, le Centre dispose d’autres aides, notamment aux auteurs, traducteurs, éditeurs, revues, librairies et événements littéraires.

Les mesures exceptionnelles mises en place

De même, s’ajoutent aux aides précedemment citées, le report/étalement des loyers et factures d’eau, de gaz et d’éléctricité des locaux professionnels selon les cas. De plus, les dettes fiscales et sociales seront étalées et les échéances peuvent être reportées. Egalement, un arrêt de travail a été mis en place pour les parents qui gardent leurs enfants à la maison. D’une durée de 1 à 21 jours, il est renouvelable. Pour faire la demande, cela se passe sur le site Amelie, de l’Assurance Maladie. Dans la case « type d’identifiant », vous pouvez choisir Artiste-Auteur afin d’accéder au formulaire dédié à votre profession.

Se rendre à son atelier si cela est indispensable

Si vous avez impérativement besoin de vous rendre dans votre atelier, le gouvernement a édité une attestation de déplacement dérogatoire. Vous l’avez sûrement utilisé pour faire les courses, elle s’utilise aussi pour les déplacements domicile – le lieu de travail. Elle est valable un jour et ne nécéssite pas de justificatif si vous ne pouvez pas en fournir. Cela est par exemple valable pour les employés non-salariés.

Attestation de déplacement dérogatoire :  Télécharger

Des aides au cas par cas pour les festivals 2020

Afin de faire face à la crise sanitaire du Covid-19, le ministre de la Culture souhaite apporter un accompagnement aux organisateurs. Au-delà de leurs contacts avec les interlocuteurs locaux, les festivals peuvent déjà joindre la cellule d’accompagnement des festivals 2020. Pour commencer, il faut les contacter à l’adresse électronique suivante : festivals-covid19@culture.gouv.fr

Bruno Blum au salon CIDISC

Le Festival d’Angoulême, miroir du monde la BD ?

/ Tarek Ben Yakhlef Alias Tarek /

Le Festival d’Angoulême est-il devenu le miroir des dérives de notre profession ?

Cela fait déjà 17 ans que je suis auteur de bande dessinée et j’avoue que le FIBD représente pour moi beaucoup de mauvais souvenirs et pas mal de rendez-vous manqués… Et pourtant, j’ai apprécié les nombreuses rencontres avec les lecteurs et les autres collègues mais en fait, tout au long de l’année, je peux vivre ces bons moments dans d’autres salons bien plus accueillants comme Quai des bulles à Saint-Malo, SoBD à Paris ou encore le FestiBD à Moulins.

La 43e édition du FIBD n’a finalement été qu’une consécration de la gabegie de l’équipe dirigeante tandis que le SNAC publie un rapport alarmant sur notre profession moribonde, faisant part du cynisme d’une partie des éditeurs et des institutionnels, de la condescendance des décideurs culturels envers la grande majorité des auteurs, de la misogynie de ce genre de…

Voir l’article original 1 626 mots de plus

Pourquoi j’ai voté José Jover !

/ Tarek Ben Yakhlef Alias Tarek /

« Le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer »
Peter Drucker

Je viens de voter pour José Jover, Farid Boudjellal et Edmond Baudoin lors de ce premier tour du 43e grand prix du FIBD.

12522923_433022293555763_8909117569653611961_n

Pourquoi expliquer un choix qui au demeurant est personnel et secret ? Le contexte de ce vote qui frôle le ridicule et la polémique qui a devancé celui-ci, m’oblige à m’exprimer en dehors des réseaux sociaux. Tout commence par un « grand coup de gueule » justifié de nos collègues auteures lorsque la liste des candidats est publiée par l’équipe qui dirige le FIBD (festival international de bande dessinée) : je précise que c’est une entreprise de droit privé qui gère un événement recevant essentiellement des subventions publiques, où les éditeurs payent tout sans parler du prix d’entrée prohibitif pour déambuler dans un supermarché de la BD. Dans une sorte de conciliabule, sans…

Voir l’article original 1 618 mots de plus

Manga Climat : les ados contre-attaquent !

0y20hA l’occasion de la COP21, Alofa Tuvalu lance “Manga Climat”, le dernier né de ses outils pédagogiques sur les changements climatiques. Réalisé avec un groupe de pré-adolescents, le livret de 36 pages met en scène 5 superhéros dans la périlleuse mission de reprogrammer le futur pour assurer un avenir à l’Humanité.

Encadrés par le dessinateur et éditeur José Jover et nourris de l’expérience de l’association engagée depuis dix ans dans la lutte contre l’effet de serre, les jeunes ont élaboré un récit, décrit et animé des personnages.

Rasl’bush, Mia, Rain, Suntile et Gryfay vont unir leurs forces et conjuguer leurs pouvoirs pour détourner les humains de leur course au profit, au gaspillage et à la surexploitation des ressources de la planète. Réalisé en partenariat avec la Maison des Ensembles, le projet a reçu le soutien du Conseil Régional d’Ile de France.

Manga Climat est disponible en téléchargement libre : ici (version électronique)
et ici (version imprimable).

Pour commander des exemplaires papier, c’est par là : alofatuvalu@alofatuvalu.tv


Cerises sur le gâteau, l’association publie également cette année les versions arabes de la BD “A l’eau, la Terre”, portant le nombre de traductions disponibles à 15, et du livret “Biogaz pour les nazes” qui existait en versions anglaise et française. Tous deux ont déjà permis de sensibiliser des centaines de milliers d’enfants.

Un petit mot de Farid Boudjellal…

mourad_Farid

José est un enfant de Toulon. Que de rêves nous avons caressés, que de projets nous avons échafaudés. Mourad était enfant et s’est nourri de cette belle énergie qui a donné « Soleil » et « Futuropolis ». Deux maisons d’édition aux thèmes différents. Soleil c’est l’épique, Futuro la BD d’auteur parait-il. Comme si la BD épique n’était pas conçue par des auteurs. Ils sont nombreux aujourd’hui ceux qui vivent grâce à cette belle énergie toulonnaise.

Votez José Jover, juste retour des choses. Toulon a autant apporté à la bande dessinée qu’Angoulême.
Farid Boujellal

La dernière bande dessinée de notre auteur et ami :

La Présidente , de François Durpaire et Farid Boudjellal, Les Arènes BD / Demopolis, 20 euros.

presidente

Comité de soutien pour la présidence de José Jover au 43e FIBD

Affiche José Jover FIBD

Le comité de soutien pour la présidence de José Jover au 43e FIBD lance cet appel solennel à toutes les auteures et tous les auteurs de BD mais aussi aux lectrices, lecteurs, bibliothécaires, libraires, amateurs de BD, collectionneurs, autorités autoproclamées, enfants et moins grands, analphabètes, érudits, militaires et pacifistes, mouvement LGBT, traditionalistes, ex-adhérents du PS, aux militants du PC, Front de Gauche, Podemos, aux nostalgiques de l’UMP, du RPR et de l’UDR, aux Noirs, Arabes, Juifs, Catholiques, Protestants, Orthodoxes, Bouddhistes, Chamanistes, Kabbalistes et autres vendeurs de Kebbabs…

Pour faire court : à tout le monde sans exclusive !

Nous soutenons également Farid Boudjellal et Edmond Baudoin dans cette quête de la plénitude qu’est la présidence du FIBD.