Archives du mot-clé Rodolphe

SoBD : Exposition exclusive Christian Maucler & Vincent Pompetti

Pour son édition 2014, le SoBD propose, en partenariat avec Tartamudo, une double exposition consacrée à deux artistes de bande dessinée, Vincent Pompetti et Christian Maucler.

L’exposition Vincent PompettiVincent PompettiAvec une dizaine de titres parus, et tout particulièrement le diptyque remarqué sur La Guerre des Gaules, réalisé avec le scénariste Tarek, le dessinateur belge Vincent Pompetti s’est avéré un virtuose de l’aquarelle. Une vingtaine de planches et de dessins originaux seront présentés sur le SoBD (et disponibles à la vente pour certains d’entre eux), dans une exposition exclusive consacrée à La Guerre de Gaules. Camps romain, opidum gaulois, affrontements : les dessins de Vincent Pompetti allient la verve et le dynamisme à une exactitude historique, qui en font de véritables documents de vulgarisation scientifique.

Le SoBD 2014 présentera une exposition original du travail de Vincent Pompetti sur La Guerre des Gaules.

L’exposition Christian MauclerMaucler

Dessinateur de bande dessinée et illustrateur de talent, Christian Maucler, fort d’une bibliographie qui compte de nombreux ouvrages, met en image les Enquêtes du Commissaire Raffini depuis maintenant vingt ans. Cette série policière, scénarisée par Rodolphe met en scène la France profonde des années cinquante. Son onzième opus s’avère exceptionnel à bien des égards, et notamment par l’évocation appuyée du célèbre album La Marque jaune d’Edgar P. Jacobs. À l’occasion de cette sortie, le SoBD proposera une exposition originale de plus de 20 planches et dessins de Christian Maucler, dont certains seront disponibles à la vente.

Exposition Christian Maucler sur le SoBD 2014 à l'occasion de la sortie du dernier opus des Enquêtes du Commissaire Raffini

Publicités

SoBD : David B. est l’invité d’honneur du salon

Les invités d’honneur du salon

Chaque année, le SoBD met à l’honneur deux personnalités de la bande dessinée : un artiste et l’auteur d’ouvrages sur la bande dessinée ayant notamment porté son travail sur l’artiste en question. Après Denis Bajram et Thierry Bellefroid en 2012, Catel et José-Louis Bocquet en 2013, le SoBD à l’honneur d’inviter cette année David B. et Jean-Marc Pontier.

David B

Pour plus d’infos sur ces rencontres, cliquez ici

David B. et Jean-Marc Pontier seront présents le samedi 29 novembre 2014 à l’occasion de plusieurs rencontres, et tout particulièrement pour la Conférence des invités d’honneur du SoBD, de 14h30 à 15h30 (animée par Christian Rosset). Vous pourrez encore retrouver David B. ce même samedi pour une rencontre intitulée « La Guerre par la Bande (animateur Thierry Lemaire, autres intervenants Jeanne Puchol, Stéphane Dubreil et Emmanuel Guibert), ainsi que sur une table ronde consacrée à la relation Auteurs/Editeurs.

SoBD

De plus, le Musée Éphémère du SoBD 2014 proposera une exposition inédite et exclusive d’une sélection d’œuvres de David B. Enfin, l’affiche de cette nouvelle édition de notre salon a également été signée par David B.

David B.

ZèbreC’est auprès de Georges Pichard que David B. acquiert un certain gout pour le graphisme en noir et blanc. Se plaçant dans la lignée de Pratt, Munoz et Tardi, il est avide d’innovations graphiques et narratives. Réalisant que le milieu éditorial ne l’encouragera pas dans cette voie, il se joint à un groupe de jeunes artistes partageant les mêmes convictions. Ils fondent ensemble la maison d’édition L’Association en 1990. David B. peut y laisser libre cours à son originalité. Il y publie dès 1991 La bombe familiale, prélude graphique à deux de ses œuvres majeures, Cheval Blême et surtout L’Ascension du Haut Mal, série autobiographique qui recevra l’Alph’art du meilleur scénario en 2000. En 2005 il rejoint l’équipe de Futuropolis et participe à la redynamisation de la maison d’édition. Sans renoncer à un travail personnel, David B. prête sa plume à d’autres grands noms comme Christophe Blain et Emmanuel Guibert. Il vient de publier chez Futuropolis le tome 2 de Les meilleurs ennemis, une histoire des relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient.

Le Musée éphémère accueille David B.

Le Musée éphémère est un espace culturel d’exposition, en accès libre et gratuit, permettant de(re)découvrir un ou plusieurs artistes. Pour son édition 2014, le SoBD met à l’honneur le travail de son parrain David B.

Se plaçant dans la lignée de Pratt, Munoz et Tardi, David B. est un maître du noir et blanc. Cofondateur de la célèbre maison d’édition indépendante L’Association, il peut y laisser libre cours à son originalité, y publiant des œuvres comme La Bombe familiale et surtout Le Cheval blême puis L’Ascension du Haut Mal, qui marquent incontestablement le tournant que prend la bande dessinée française dans les années quatre-vingt-dix.

Le SoBD vous propose une superbe exposition exclusive du travail de l’artiste. David B. signera ses livres au beau milieu de ses dessins, au Musée Éphémère, le samedi 29 novembre, en fin d’après-midi. Il sera également présent un peu plus tôt à l’occasion des trois rencontres consacrées à ce grand artiste.

Le Musée Éphémère du SoBD 2014 proposera une sélection exceptionnelle d‘une cinquantaine de planches originales de l’artiste, dont certaines n’ont encore jamais été montrées, et notamment :

  • L’hommage de David B. à son confrère Vincent Vanoli ;
  • Une page de présentation à la version espagnole de L’Ascension du Haut Mal ;
  • Deux pages évoquant l’œuvre de Winsor MacCay, Little Nemo, autre grand rêveur ;
  • La couverture en couleur de l’édition allemande du Cheval Blême ;
  • Et bien d’autres choses rarement vues…

Un rendez-vous remarquable à ne pas manquer, du 28 au 29 novembre 2014 seulement.

Pompetti & Maucler – SoBD 2014

Avec une dizaine de titres parus, et tout particulièrement le diptyque remarqué sur La Guerre des Gaules, réalisé avec le scénariste Tarek, le dessinateur belge Vincent Pompetti s’est avéré un virtuose de l’aquarelle. Une vingtaine de planches et de dessins originaux seront présentés sur le SoBD (et disponibles à la vente pour certains d’entre eux), dans une exposition exclusive consacrée à La Guerre de Gaules. Camps romain, opidum gaulois, affrontements : les dessins de Vincent Pompetti allient la verve et le dynamisme à une exactitude historique, qui en font de véritables documents de vulgarisation scientifique.

Dessinateur de bande dessinée et illustrateur de talent, Christian Maucler, fort d’une bibliographie qui compte de nombreux ouvrages, met en image les Enquêtes du Commissaire Raffini depuis maintenant vingt ans. Cette série policière, scénarisée par Rodolphe met en scène la France profonde des années cinquante. Son onzième opus s’avère exceptionnel à bien des égards, et notamment par l’évocation appuyée du célèbre album La Marque jaune d’Edgar P. Jacobs. À l’occasion de cette sortie, le SoBD proposera une exposition originale de plus de 20 planches et dessins de Christian Maucler, dont certains seront disponibles à la vente.

LE RETOUR DE RAFFINI : RODOLPHE

Sa toute première enquête, intitulée l’Homme au Bigos avait été prépubliée dans Télérama au début des années 80, comme feuilleton de l’été.
Dix autres aventures allaient suivre, dessinées tout d’abord par Jacques Ferrandez, puis par Christian Maucler.
A l’origine les enquêtes du commissaire s’inscrivaient dans la veine des grands feuilletons fantastiques du début du XXe siècle. Rapidement, les récits se font plus psychologiques et réalistes, se rapprochant des enquêtes du célèbre Maigret de Simenon ou de la série télé Les Cinq Dernières Minutes et de son inspecteur Bourrel.
Avec ce nouvel album, le commissaire Raffini fait sa première incursion hors de l’hexagone. Scotland Yard vient en effet de récupérer le cadavre d’une jeune femme bloqué contre les piles du Tower Bridge. L’examen des vêtements laisse entendre qu’il pourrait s’agir d’une Française. Aussi la collaboration de la police française est-elle souhaitée. Le commissaire divisionnaire, qui sait que Raffini ne parle pas un traître mot de la langue de Shakespeare et déteste cordialement tout ce qui est thé à 5 heures, conduite à gauche et autres comportements grotesques, le choisit aussitôt pour la mission.
Ainsi démarre cette enquête qu’en son for intérieur Raffini a rebaptisé : « Raffini chez ces Foutus Rosbeefs ! »

Une histoire — on l’aura compris — non dénuée d’humour, mais qui conjugue aussi action, émotion et suspense. A noter enfin le clin d’œil à l’univers d’E.P. Jacobs et tout particulièrement à sa mythique Marque jaune. L’action se passe à Londres au moment où l’auteur des Blake et Mortimer y fait des repérages pour son album. Une occasion de revisiter le célèbre Limehouse Dock cher à de nombreux lecteurs…
Les Enquêtes du commissaire Raffini occupent une place bien à part dans le panorama de la bande dessinée française contemporaine. Cette série, qui met en scène la vie de “petites gens” (la “France Profonde” de ce temps-là), fait ressurgir le charme révolu de la France des années 1950, celle du président Coty, des Tractions Avant, des hommes en vestons croisés et des femmes en bas à couture. Elle a donné lieu à de belles expositions (Angoulême, Audincourt, Saint Malo) et a obtenu de nombreuses récompenses (en plus de celles à venir !).

A la fin de l’album, un dossier de 22 pages retrace l’histoire du personnage depuis ses origines, offrant images, témoignages et BD inédites…

Rodolphe rejoint les éditions Tartamudo

RodolpheRodolphe, de son vrai nom Rodolphe Daniel Jacquette, suit des études littéraires (licence, maîtrise) à la faculté de Nanterre. Professeur de lettres, puis libraire, il rencontre en 1975 Jacques Lob qui l’initie à la technique du scénario Bande Dessinée.

Il publie ses premières histoires courtes en 1976 et 1977 avec « Le Conservateur » illustré par Floc’h et « Enquête au Collège » mis en image par Goetzinger. Critique bande dessinée à A Suivre, Métal Hurlant, Rock, Charlie, Pilote et actuellement à La Lettre de Dargaud, il multiplie ses collaborations avec des « petits jeunes » tels Rouge, Ferrandez, Durand, Léo, Magnin, Mounier, Serrano, Juillard ou Allot (près de 70 albums en tout !).

Il anime actuellement plusieurs séries dont Trent (Léo), Cliff Burton (Durand), Taï Dor (en collaboration avec Serge Le Tendre, Serrano puis Foccroulle), Le Blaireau (Boem), Dock 21 (Mounier), Les Autres Mondes (Magnin), Les Ecluses du Ciel, Commissaire Raffini (Ferrandez puis Maucler), Les Moineaux (Alloing), Das Reich,..

En janvier 2000, il publie également avec Alain Bignon un « one shot » policier ayant pour principal personnage la célèbre Betty Page (chez P&T Productions) et signe trois nouvelles séries avec Bernard Capo : Les Teutoniques, Philippe Marcelé : Gothic (aux éditions Le Téméraire) et Tony Cossu : L’Ange Blanc. Depuis 4 ans, conseiller artistique auprès du Festival de Blois, il a réalisé plusieurs expositions consacrées, entre autres, à Loisel, Baudoin, Baru et Le Tendre.

De nombreux prix ont déjà marqué sa carrière : Bulle d’Or du meilleur scénariste (Brignais 1987), prix du meilleur scénariste (Solliès-Ville 1993), prix Jacques Lob du meilleur scénariste (1993), prix spécial du jury (Hyères 1994) pour l’album Schizo et le Prix de la Meilleure Série pour Cliff Burton au Festival International de la Bande Dessinée de Charleroi en 1994.

Le nouveau Commissaire Raffini bientôt en librairies

Commissaire Raffini

L’Inconnue de Tower Bridge : Rodolphe & Maucler

Le commissaire Raffini, de ses origines au Tower Bridge.

La première rencontre avec le commissaire Raffini a lieu dans le feuilleton de l’été proposé dans les pages de Télérama. C’était au début des années 1980 et l’histoire s’intitulait L’Homme au Bigos.

Dix autres aventures allaient ensuite donner sa stature au personnage, aventures dessinées tout d’abord par Jacques Ferrandez, puis par Christian Maucler.

A l’origine les enquêtes du commissaire s’inscrivaient dans la veine des grands feuilletons fantastiques du début du XXe siècle. Rapidement, les récits se font plus psychologiques et réalistes, se rapprochant des enquêtes du célèbre Maigret de Simenon ou de la série télé Les Cinq Dernières Minutes et de son inspecteur Bourrel.

Avec ce nouvel album, L’Inconnue de Tower Bridge, le commissaire Raffini fait sa première incursion hors de l’hexagone. Scotland Yard vient en effet de récupérer le cadavre d’une jeune femme bloqué contre les piles du Tower Bridge. L’examen des vêtements laisse entendre qu’il pourrait s’agir d’une Française. Aussi la collabo- ration de la police française est-elle souhaitée. Le commissaire divisionnaire, qui sait que Raffini ne parle pas un traître mot de la langue de Shakespeare et déteste cordialement tout ce qui est thé à 5 heures, conduite à gauche et autres comportements et pratiques grotesques le choisit aussitôt pour la mission.

Ainsi démarre cette enquête qu’en son for intérieur Raffini a rebaptisé : « Raffini chez ces Foutus Rosbeefs ! »

Une histoire — on l’aura compris — non dénuée d’humour, mais qui conjugue aussi action, émotion et suspense. A noter enfin le clin d’œil à l’univers d’E.P. Jacobs et tout particulièrement à sa mythique Marque jaune. L’action se passe à Londres au moment où l’auteur des Blake et Mortimer y fait des repérages pour son album. Une occasion de revisiter le célèbre Limehouse Dock cher à de nombreux lecteurs…

Les Enquêtes du commissaire Raffini occupent une place bien à part dans le panorama de la bande dessinée française contemporaine. Cette série, qui met en scène la vie de “petites gens” (la “France Profonde” de ce temps-là), fait ressurgir le charme révolu de la France des années 1950, celle du président Coty, des Tractions Avant, des hommes en vestons croisés et des femmes en bas à couture. Elle a donné lieu à de belles expositions (Angoulême, Audincourt, Saint Malo) et a obtenu de nombreuses récompenses (en plus de celles à venir !).

A la fin de l’album, un dossier de 22 pages retrace l’histoire du personnage du commissaire Raffini depuis ses origines.

Titre : L’Inconnue de Tower Bridge
Auteurs : Rodolphe (scénario) Christian Maucler (dessin et couleurs)
Parution : Septembre 2014
Style : Réaliste
Rayon : Bande Dessinée / One shot Collection : Tébéos

72 pages couleur Format: 24 x 32 cm Reliure : Cartonné, cousu, collé
Prix: 16 €
Tirage : 3 000 exemplaires âge / niveau de lecture : à partir de 9 ans
Code EAN : 9782910867478