Exposition « Nos amies les bêtes »

Du 29 au 31 octobre de 10h à 19h, vous pourrez découvrir la seconde partie de l’exposition collective « NOS AMIES LES BÊTES ! » à L’Atelier. Espace de création. Avec une dédicace du calendrier « Cats » de Vincent Pompetti le samedi après-midi.

Les artistes : Karine Nicolleau, Vincent Pompetti, Tarek, Mat Elbé, Weber-acquaviva Jiwa, Audrey Rouvin, Sophie Neury, Sarah Ducout, Anplac, Isabelle Hervé et Gwenaelle Le Boulzennec.

L’adresse : 24 rue de Châteaudun à Rennes

JAZE & CO « T’inquiète, je gère » EN LIBRAIRIES !

Une BD sur le thème des conduites à risque à l’adolescence de Laurent Bordier et Cédric Kempf.

Vous avez été adolescent, vous êtes adolescent, vous allez être adolescent ? Cet album est pour vous !

Cette BD, sur le thème des conduites à risques à l’adolescence, est le résultat d’ateliers participatifs avec des jeunes à qui il a été proposé d’en être coscénaristes. Il y a 3 garçons et 2 filles autour desquels les histoires se focalisent. Jaze, 15 ans et sa soeur Isa, 16 ans. Kwet, 14 ans, Paulo, 14 ans et Jess, 13 ans. Les histoires concernent des événements autour des conduites à risque des jeunes (entre 13 et 16 ans). Il y a des histoires plus ou moins compliquées avec des issues plus ou moins heureuses, mais toujours dans une mise à distance grâce à la dérision, à la caricature et à l’humour décalé. Après avoir collaboré quelques temps au journal «Spirou», le dessinateur et coscénariste Laurent Bordier publie des albums aux éditions Vents d’Ouest. Parallèlement, il illustre des jeux de cartes pédago-ludiques qui rencontrent un joli succès sur le thème des addictions chez les adolescents sur lequel a aussi travaillé Cédric Kempf, le scénariste. 

Vente solidaire : l’art contemporain s’expose pour Emmaüs International

Du 05 au 10 octobre 2021, à la galerie 59 Rivoli à Paris, Emmaüs International organise une vente solidaire d’œuvres de street art grâce à la générosité d’une quarantaine d’artistes.

Emmaüs International regroupe 425 associations à travers le monde qui travaillent et luttent avec les populations les plus exclues pour qu’elles se réapproprient leurs droits. Ces populations ont été particulièrement touchées par la pandémie de Covid-19. Elles ont souvent été isolées et privées de leurs droits les plus élémentaires comme travailler ou encore avoir accès à la santé ou encore à l’eau potable… Aujourd’hui, dans de nombreux pays, les plus pauvres doivent affronter les conséquences de cette crise globalisée : crise sanitaire, sociale, économique et même démocratique. Une vente solidaire pour faire face aux conséquences sociales et financières de la pandémie. De nombreux street-artistes suivent et accompagnent Emmaüs International depuis plusieurs années. Il faut dire que l’abbé Pierre est encore aujourd’hui une source d’inspiration pour ces artistes. Plusieurs parmi eux sont allés à la rencontre de nos groupes en Afrique, en Amérique ou en Asie. Ils et elles ont souhaité participer à cette mobilisation en donnant une ou plusieurs de leurs œuvres à l’occasion de cette vente solidaire.

Pour l’occasion, plus de 50 œuvres données à Emmaüs International, seront vendues à prix fixe. Cette vente fait suite à une première vente en ligne réalisée en juin 2020. Les bénéfices de l’opération seront entièrement reversés au fonds de solidarité d’Emmaüs International et serviront à ses actions pour l’accès à la santé et en faveur des personnes en situation de migration bien souvent devenues des sans-droit. Pour Patrick Atohoun, président d’Emmaüs International, “l’expression artistique constitue un canal de dénonciation d’injustices. Éminemment politiques, l’art et la culture constituent donc un moyen d’expression alternatif pour investir l’espace public.” La collaboration entre Emmaüs International et l’art urbain a donc de beaux jours devant elle !

Tarek et Vincent Pompetti participent à cette vente.

REPORTAGE. Nice : « TaLuKoi » au McDonald’s, un accès à la lecture pour tous !

Rendre la lecture accessible, c’est la volonté d’Yves Rosati avec son projet TaLuKoi. Pour l’occasion, le McDonald’s de la Promenade des Anglais a offert une bande dessinée à chaque client pour l’achat d’un menu, jeudi 16 septembre. 

Lire l’article de Mathilde Campos en ligne : ici.

TaLuKoi… c’est quoi ? 

C’est avant tout un souvenir d’enfance. « T’as lu quoi ? C’est la question que me posait ma mère à mes huit ans dès que j’avais un bouquin entre les mains » se remémore Yves Rosati, chef de projet. 

TaLuKoi est l’occasion de discuter de livres de façon simple autour de trois interrogations sur « le titre »« l’histoire » et « les personnages ». Cela fait un an et demi que cette rubrique apparaît dans un journal niçois, 10.000 visiteurs lisent ces chroniques. 

L’objectif est de sensibiliser à la lecture, peut importe l’âge ou les références culturelles. Pour aller plus loin, Yves Rosati a eu l’idée de solliciter McDonald’s pour soutenir la démarche.

Partenariat local

60.000.000. C’est le nombre d’ouvrages distribué par l’enseigne depuis plus de cinq ans dans le cadre du Centre National du livre. Le fast-food de la Prom’, à son niveau, collabore déjà avec de nombreux écrivains, Marc Lévy notamment.

C’est dans cette continuité qu’Aïcha Mekarnia, responsable marketing du restaurant tente de rendre « le plaisir de lire, accessible à tous » cette fois-ci au niveau local. « Yves Rosati représente les auteurs et les éditeurs niçois, cela nous tient à coeur de les mettre en avant » s’enthousiasme-t-elle

Les Prézados, les Animotards, Avalon, Blateman & Bobine étaient les quatre bandes dessinées stars pour la première édition de « TaLuKoi Ô McDo ». José Jover, le créateur des éditions TartaMuDo, les a distribuées avant de les dédicacer.

Soutien de la Ville de Nice 

Patrick Mottard, élu auprès de Christian Estrosi subdélégué aux nouveaux publics culturels, parraine l’évènement. Pour lui, la lecture,« essentielle », permet « d’accéder à une plus grande liberté ».

Pour le conseiller municipal, le choix des bandes dessinées est un « bon moyen pour intéresser le grand public ». L’objectif de la Ville de Nice est d’accompagner les initiatives comme celle-ci en donnant « des moyens et de la visibilité ».

Un projet de lecture qui n’a pas de frontières. Yves Rosati espère réitérer cette opération toujours en rattachant les auteurs avec leurs régions. 

Une maison d'édition citoyenne depuis 1999 !